Navigation
© Pierre Nouvel
© Pierre Nouvel
© Pierre Nouvel
© Pierre Nouvel
© Pierre Nouvel
© Pierre Nouvel

plongée musicale parmi les vestiges d’une utopie abandonnée

Campo Santo c’est à la fois un concert, une installation sonore et visuelle, de la littérature autour d’une histoire oubliée.

Dans les années 30, les Soviétiques achetèrent aux Norvégiens une île située dans l’archipel du Spitzberg, au pôle Nord, pour y exploiter une mine de charbon. Ils y construisirent une cité utopique, Pyramiden, qui fonctionna de manière autonome, une vaste entreprise qui compta jusqu’à 1500 employés et où tout était gratuit. Après la chute de l’Union soviétique, la production diminua peu à peu et l’exploitation minière s’arrêta. Le 31 mars 1998, un dernier navire quitta l’île. Le compositeur Jérôme Combier a fait le voyage vers Le Spitzberg, où avec son équipe, il a enregistré les sons – piano déglingué, bruits de cuves, de bidons, bruits de radiateur, vent, goélands – et filmé ces lieux désertés par les hommes. À partir de cette « matière première », il a conçu Campo Santo comme une immersion sonore et visuelle dans la ville désaffectée. Mais c’est aussi l’évocation des utopies économiques et sociales, des phalanstères, des cités radieuses et idéales, des illusions perdues, et bien sûr du marxisme. Sur le plateau, différents tableaux se succèdent mêlant les musiciens de l’Ensemble Cairn aux images du vidéaste Pierre Nouvel. Chœurs et ballets virtuels, fragments de textes, échos de chansons convoquent les fantômes des hommes dans les vestiges d’un lieu et d’une époque effacés.

concert - installation | 1h20 env. | à partir de 15 ans

spectacle choisi pour faire partie des 40 ans de l'Ircam-Centre Pompidou Paris en 2017, en partenariat avec Grame

 

❯ en savoir +
sur l'histoire de Pyramiden

dates

janvier

tarifs

forfaits Croix-Rousse
tarifs dégressifs dès 2 spectacles
de 5 à 22 € la place

> je réserve mon forfait en ligne

places à l'unité
de 5 à 26 € la place

distribution

composition Jérôme Combier | scénographie, mise en scène, vidéo Pierre Nouvel | lumières Bertrand Couderc | plasticien sonore, réalisateur en informatique musicale Ircam Robin Meier | concepteur machine Pierre Gufflet | ingénieur du son Ircam Sébastien Naves | assistant à la mise en scène Bertrand Lesca | costumes Sandy Seneschal | aide à la prise de vue Pyramiden Raphaël Dallaporta | films d'archive Alexander Naumkin | régisseur général Thomas Leblanc |

avec les musiciens de l’Ensemble Cairn : Sylvain Lemêtre percussions, Arnaud Lassus percussions, Fanny Vicens accordéon, Cédric Jullion flûtes, Christelle Séry guitare électrique | et les voix de : Jacques Gamblin, Nathalie Duong, Miriam Coretta-Schulte, Dima Tsypkin, Luca Bagnoli

Campo Santo, en coproduction avec l'IRCAM a été choisi pour faire partie des "40 ans du Centre Pompidou Paris" en 2017. Il est présenté en partenariat avec Grame.

chargé de production: Raphaël Bourdier | chargé de diffusion: Perline Feurtey | coproduction: Ensemble Cairn, SN d’Orléans, Ircam-Centre Pompidou, Le Tandem – SN d’Arras-Douai, MCB° Maison de la Culture de Bourges – SN

construction des décors: Ateliers de la MCB° Maison de la Culture de Bourges – SN | électronique de la pièce créée dans les studios Ircam | musique: commande d'État et du Château de Chambord pour la résidence de Jérôme Combier | accueil de travail: Villa Médicis, académie de France à Rome
avec le soutien: du CNC (dispositif DICREAM), de la SPEDIDAM et de l'ONDA

L'Ensemble Cairn est aidé par le Ministère de la Culture et de la Communication au titre des Ensembles à Rayonnement National et International. Il est soutenu par la DRAC Centre-Val-de-Loire, au titre de l'aide aux ensembles conventionnés. L'ensemble Cairn est également conventionné par le Conseil Régional de la Région Centre-Val-de-Loire. Il reçoit le soutien de la SPEDIDAM et de la SACEM au titre de l'aide aux ensembles spécialisés.

Campo Santo de Winfried Georg Sebald est publié aux éditions Actes Sud.

presse

"La musique de Jérôme Combier est souffle, vent, vapeur. Un imaginaire aux racines plongées dans une nature tantôt sauvage, tantôt domestiquée." DIAPASON
 
 "À peine les lumières éteintes, l'immersion dans la cité désaffectée est totale. (…) Grâce à la formidable collection d'images et de sons assemblés, l'immense fresque lumineuse accompagne la musique tour à tour envoûtante ou rythmique, joyeuse ou nostalgique." L'IRCAM

autour du spectacle

Lever de rideau !

En ouverture de la représentation de Campo Santo, les élèves comédiens et musiciens du Conservatoire de Lyon (CRR), encadrés par Philippe Sire, proposent un paysage sonore autour de la notion d’utopie.
> jeu. 23 mars, à 18h30 au Studio du Théâtre. Entrée libre sur réservation 04.72.07.49.49

liens

Pyramiden ? késako

Pyramiden est une cité ouvrière construite à l’ère soviétique et qui se situe à l’extrême Nord de la Norvège, à 10 degrés du pôle Nord, sur l’archipel de Svalbard. Son nom lui vient de la montagne en forme de pyramide au pied de laquelle elle fut fondée par des Suédois en 1910. En 1926, les Russes l’ont rachetée, pour à leur tour la vendre à la compagnie minière Arktikougol en 1931. La communauté fonctionnait de manière totalement autonome, et était gérée comme une vaste entreprise de près de 1200 employés jusqu’à la fin des années 1990. Il n’y avait pas d’argent à Pyramiden et la communauté élevait du bétail, cultivait des plantes en serres que le gouvernement central avait fait venir du continent. Dans les années 60, les mineurs de Pyramiden exploitaient environs 200 000 tonnes de charbon par année, 248 000 tonnes pour l'année 1978.
Après la chute de l’Union soviétique, la production diminue peu à peu, et en novembre 1996, il ne reste plus que 590 habitants, 467 hommes, 120 femmes, 3 enfants. Au printemps 97, toutefois on rénove la piscine et l'hôtel, mais les chiffres de production ne sont plus que 20 000 tonnes par an et le 31 mars 1998, l’exploitation minière s’arrête. L’Anna Akhmatova est le dernier navire d’approvisionnement a quitter Pyramiden, chargé de ce que le Trust Arktikougol jugeait important de conserver de la ville désaffectée. Les livres de la bibliothèque, les bobines de films et les disques restèrent, ce que l’on trouve encore aujourd’hui.

À travers l’exploration d’un lieu vide, à travers le modèle de Pyramiden, une réflexion s’ouvre sur les utopies économiques et sociales — Pyramiden rappelle à certains égards les phalanstères du Nord de la France — et sur le modèle d’une organisation humaine autour de la notion de travail et de productivité, la recherche d’une mémoire collective.

 

interview Jérôme Combier

"Pour l’ensemble Cairn c’est un projet réellement important, le plus ambitieux qu’il ait eu à réaliser tant du point de vue de la production que du point de vue des enjeux techniques." — Rétrouvez l'intégralité de l'interview de Jérôme Combier par le journal La Terrasse ici.

 

littérature

Pyramiden, portrait d'une utopie abandonée, Kjartan Flogstad, édition Actes Sud › voir

Campo Santo, W.G Sebald, éditions Actes Sud › voir

agenda

actuellement

Rendez-vous en septembre pour le lancement de la saison !

bientôt

jeudi 28 septembre 20h réserver
Chargement en cours...



Rester informé de l'actu du théâtre ?